Croissance et pauvreté en Mauritanie, des échéances importantes

Le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté III (CLSP III) tout comme le Programme présidentiel ont été rédigés à une époque charnière pour la vie politique de la Mauritanie, assortie de conséquences économiques et financières difficiles. L’année 2009 avait été marquée par une conjoncture économique particulièrement morose, laissant planer un doute sur la consolidation des acquis réalisés dans la lutte contre la pauvreté, tels que soulignés par le Profil de pauvreté de 2008.

Néanmoins, depuis le retour de l’ordre constitutionnel et depuis la mise en œuvre des documents stratégiques nationaux en 2010-2011, la croissance économique a été soutenue et réelle (voir Graphique n°1). Les prévisions actuelles laissent présager une continuation de ces tendances au-delà de 2013, voire jusqu’à la fin du cycle de planification en 2015, malgré les contraintes cruelles dues à la pluviométrie en 2012.

Graphique n°1: Croissance économique mauritanienne, 2009-2013

 * estimations, ** projections – source: African Economic Outlook

Dans un contexte de croissance dynamique de la population, le taux de croissance économique par tête permet d’espérer mais non pas de garantir une réduction réelle de la pauvreté. Par ailleurs, la pauvreté en Mauritanie présente des caractéristiques complexes et multidimensionnelles, rendant les effets de la croissance incertains: certaines populations, notamment dans les wilayas de Gorgol, Tagant et Brakna, ont vu leur situation s’aggraver relativement et souffrent des séquelles du sous-développement au sens propre (voir Carte n°1).

Carte n°1: Incidence de la pauvreté selon la Wilaya en 2008

Source: Office national de la statistique

Ailleurs, la sévérité et la profondeur de la pauvreté sont des problématiques réelles en milieu urbain, marquant la transition économique, sociale et démographique que vit la Mauritanie, et qui apparaît comme le corollaire des transformations ayant par ailleurs permis de réduire l’incidence la pauvreté dans son ensemble.

Dans l’optique de l’accélération de la croissance économique projetée par le gouvernement, la Mauritanie dispose d’un certain nombre d’atouts, avec des secteurs économiques au potentiel significatif, notamment:

  • Le secteur secondaire, ayant bénéficié d’importants flux d’investissements, de même que l’effet bénéfique de l’important effort d’investissement dans les infrastructures sur tous les aspects du développement mauritanien;
  • Un secteur minier en croissance, avec des effets non négligeables sur l’emploi et la pauvreté et tourné présentement vers l’exploitation de nouveaux gisements et minerais;
  • Le secteur pétrolier, avec l’ouverture de nouveaux gisements dans le bassin du Touadeni;
  • Le secteur agricole, qui, malgré l’urgence provoquée par la sécheresse de 2012, demeure la source de richesse majeure des Mauritaniens et dont la croissance fera leur prospérité à court et moyen terme. La question de la sécurité alimentaire et donc de la productivité agricole reste donc une priorité pour les autorités;
  • La branche halieutique, notamment le potentiel inexploité pour la transformation et l’ajout de valeur en Mauritanie;
  • La branche pastorale – la mise en valeur effective des chaînes de valeur présentes dans le pays, notamment les viandes et peaux permettrait de répliquer certains succès stratégiques réalisés dans la branche halieutique.
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s